]> Disparition de Jean-Jacques ROBERT

La faculté

Faculté de médecine Paris Descartes > Disparition de Jean-Jacques ROBERT >

Disparition de Jean-Jacques ROBERT

 

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Jean-Jacques ROBERT, PU-PH de Pédiatrie, après un long et douloureux parcours. La passion de Jean-Jacques ROBERT pour la Pédiatrie et son engagement précoce, sans réserve, aux côtés du Professeur Henri LESTRADET à l’hôpital Hérold où il a été chef de clinique, et dans le cadre de la jeune AJD (Association des Jeunes Diabètiques), a persisté toute sa vie professionnelle.

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de notre collègue Jean-Jacques ROBERT, PU-PH de Pédiatrie, après un long et douloureux parcours.

 

photo de Jean-Jacques ROBERT
Jean-Jacques ROBERT

La passion de Jean-Jacques ROBERT pour la Pédiatrie et son engagement précoce, sans réserve, aux côtés du Professeur Henri LESTRADET à l’hôpital Hérold où il a été chef de clinique, et dans le cadre de la jeune AJD (Association des Jeunes Diabètiques), a persisté toute sa vie professionnelle.

Jean-Jacques, formé aux Etats-Unis, notamment par Denis BEER, a développé d’importants travaux scientifiques comme en témoigne sa liste de publications. Son itinéraire l’a amené à Necker après un passage à Robert-Debré. Il y a poursuivi sa triple mission de clinicien, d’enseignant et de chercheur.

Sa modestie, et sa discrétion n’ont eu d’égales que son engagement auprès des enfants diabétiques et des nombreux jeunes collègues qu’il a formés.

Comme pionnier dans ce domaine, via le diabète, il a contribué avec efficacité et abnégation au développement des activités d’ETP, domaine dans lequel notre hôpital est fier d’être leader et dont, aujourd’hui, Cécile GODOT est la coordinatrice.

Jusqu’au printemps dernier nous le rencontrions avec bonheur, mais inquiétude…., lorsqu’il continuait, avec un courage admirable, à assurer des consultations à la CRD malgré le drame de la maladie et la lourdeur des chimiothérapies.

Notre Communauté a perdu un Cher Collègue et une « très belle personne » aimée et respectée de tous les soignants et médecins de cet hôpital et, j’en suis sûr, de tous les lieux et institutions où il a œuvré.

Humble et dévoué, travailleur infatigable, il n’aura pas profité longtemps de sa retraite et de cette Bretagne qu’il chérissait…

Nos pensées vont, bien entendu, à son épouse et à sa fille auxquelles nous adressons nos condoléances très attristées.

 
 
Gérard FRIEDLANDER, Doyen de la faculté

Fenetre vidéo Fermer