]> Autophagie et cancer du côlon : une nouvelle piste

La faculté

Faculté de médecine Paris Descartes > Autophagie et cancer du côlon : une nouvelle piste >

Autophagie et cancer du côlon : une nouvelle piste

 

Un chercheur de la faculté, Béatrice ROMAGNOLO (Institut Cochin), étudie l’autophagie comme piste pour empêcher le développement du cancer du colon.

 

image d'ouroboros

 
Le cancer du côlon est la 2ème cause de mortalité par cancer, tous sexes confondus. Malgré l’amélioration des traitements thérapeutiques, près de 50% des patients décèdent dans les 5 années suivant le diagnostic initial. Il apparait essentiel de mieux décortiquer les mécanismes sous-jacents à l’initiation et à la progression tumorale afin d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.

 

L’équipe

L’équipe de Béatrice ROMAGNOLO de l’institut Cochin, est spécialisée dans l’étude des mécanismes de prolifération cellulaire physiopathologique de l’épithélium intestinal.

En collaboration avec les équipes de Jean-Pierre COUTY et de Mathias CHAMAILLARD, ils ont réalisé une étude sur les conséquences d’une inhibition de l’autophagie dans la cancérogenèse colorectale.

Les résultats ont récemment été publiés dans la revue Nature Cell Biology en Aout 2015.
L’étude a été effectuée à l’institut Cochin, Unité INSERM U1016, CNRS UMR8104, Université Paris Descartes.

 

L’étude

L’équipe a effectué une analyse génétique de modèles murins. Celle-ci a démontré l’efficacité de la combinaison suivante :

  • mutation du gène Apc, retrouvée dans plus de 80% des cancers coliques humains
  • blocage de l’autophagie

L’autophagie est une voie catabolique intracellulaire essentielle pour le recyclage des composants cellulaires.

Schéma de l'étude Schéma de l’étude
© Béatrice ROMAGNOLO

photo de Béatrice ROMAGNOLO
 

« L’autophagie a un rôle ambivalant dans le cancer, en fonction des tissus étudiés et du contexte génétique. »

Béatrice ROMAGNOLO
Institut Cochin

 

Cette combinaison permet de lutter efficacement contre la tumorigenèse intestinale en agissant à la fois sur l’initiation et la progression tumorale.

La perte de l’autophagie permet 2 réactions :
stimuler une réponse immunitaire anti-tumorale liée à la nature de la flore intestinale
réprimer la prolifération des cellules cancéreuses en altérant leur métabolisme.

 

image au microscope Cellules tumorales intestinales présentant une activation autophagie
© Béatrice ROMAGNOLO

 
L’inhibition de l’autophagie dans l’épithélium intestinal pourrait supprimer le développement et la croissance des tumeurs.

Grâce à cette découverte, il serait ainsi possible d’empêcher le développement d’un cancer colorectal d’un patient à risque.

 

Source

Article
  • Titre : Intestinal inhibition of Atg7 prevents tumour initiation through a microbiome-influenced immune response and suppresses tumour growth
  • Revue : Nat Cell Biology Août 2015
  • Auteurs : Levy, J., Cacheux, W., Bara, M. A., L’Hermitte, A., Lepage, P., Fraudeau, M., Trentesaux, C., Lemarchand, J., Durand, A., Crain, A. M., Marchiol, C., Renault, G., Dumont, F., Letourneur, F., Delacre, M., Schmitt, A., Terris, B., Perret, C., Chamaillard, M., Couty, J. P., Romagnolo, B.
Contacts

E-mail : @ Béatrice ROMAGNOLO
Tél : 01 44 41 25 69
Adresse : Institut Cochin, équipe labo
Site internet : page du laboratoire « Prolifération physiologique et cancéreuse de l’épithélium intestinal » à l’Institut Cochin.

Fenetre vidéo Fermer