]> Limiter le gaspillage dans la recherche biomédicale

La faculté

Faculté de médecine Paris Descartes > Limiter le gaspillage dans la recherche biomédicale >

Limiter le gaspillage dans la recherche biomédicale

 
En 2009, Ian Chalmers et Paul Glasziou ont estimé que près de 85 % de la recherche biomédicale pouvait être considérée comme gaspillée. Ce gaspillage survient à toutes les étapes de la recherche, du choix de questions non pertinentes à la non publication des résultats de la recherche.
 

image au microscope

Une telle situation est indéfendable sur le plan scientifique, économique et éthique. Ce d’autant qu’une partie de ce gaspillage est liée à l’utilisation de méthodes inadéquates pouvant entraîner des biais.

Est-ce que des modifications simples et peu coûteuses lors de la planification de la recherche pourrait permettre de limiter ce gaspillage ?

 

L’équipe

Cette étude a été menée par le Centre de Recherche Epidémiologie et Statistique (CRESS), de l’Université Paris Descartes et de l’Inserm, au sein de l’équipe METHODS (méthodes de l’évaluation thérapeutique des maladies chroniques) dirigée par le Pr Ravaud.
Youri YORDANOV, doctorant à Paris Descartes, vient d’en publier les résultats dans la prestigieuse revue British Medical Journal (BMJ) mars 2015.

 

L’étude

L’étude porte sur 1286 essais cliniques inclus dans 205 revues systématiques de la Collaboration Cochrane. Tous les problèmes méthodologiques présents dans un échantillon d’essais avec un risque de biais élevé ont été identifiés et classés par type de défaut.

Schéma de l'étude Avoidable waste of research related to inadequate methods in trials
with at least one domain confirmed at high risk of bias (n=142)

© 2015 by British Medical Journal Publishing Group

Cette figure résume l’évolution du risque de biais par domaine et par essai: initialement (I) – après des ajustements méthodologiques faciles (E) – après tous les ajustements méthodologiques possibles (A).

  • Chaque rayon représente l’un des 142 essais avec au moins un domaine à risque élevé de biais
  • Les briques sont une représentation visuelle du risque de biais par domaine, le rouge indiquant un risque de biais élevé, le jaune un risque de biais incertain et le vert un risque de biais faible
  • Chaque cercle concentrique représente l’un des domaines clés de l’outil d’évaluation du risque de biais de la collaboration Cochrane, avec « génération de la séquence de randomisation » étant le cercle le plus éloigné du centre, et « gestion des données manquantes » le cercle central. Le cercle le plus extérieur représente un aperçu rapide du risque de biais global pour chaque essai (rouge si au moins un domaine est à risque élevé, jaune si au moins un domaine est à risque incertain, et vert si tous les domaines sont à faible risque)
  • L’histogramme est une représentation du risque de biais, par domaine, de l’ensemble des 142 essais à risque de biais élevés, initialement (I), après des ajustements méthodologiques faciles (E) et enfin après tous les ajustements méthodologiques possibles (A).

photo de Youri YORDANOV
« Près de 85% de la recherche biomédicale serait gaspillée alors que ce gaspillage pourrait être partiellement corrigé par des moyens méthodologiques simples et peu coûteux. »

Youri YORDANOV
Doctorant au laboratoire METHODS (Paris Descartes)


Des modifications méthodologiques ont été proposées pour chaque type de défaut. La faisabilité et le coût de ces modifications ont ensuite été évalués par un panel d’expert. Les résultats montrent que dans 50% des essais, au moins une modification méthodologique simple et peu coûteuse pouvait être appliquée et aurait pu diminuer le risque de biais de ces essais.

 

Une part importante du gaspillage de la recherche est liée à l’emploi de méthodes inadaptées, aboutissant à des essais biaisés. Ce gaspillage pourrait être partiellement évité par des modifications simples et peu coûteuses lors de la planification de l’essai.

 

Source

Article
  • Titre : Avoidable waste of research related to inadequate methods in clinical trials
  • Revue : The BMJ 24 mars 2015
  • Auteurs : Youri Yordanov, Agnes Dechartres, Raphaël Porcher, Isabelle Boutron, Douglas G Altman, Philippe Ravaud
Contacts

E-mail : @ Youri YORDANOV
Tél: 01 42 34 89 87
Adresse : Youri Yordanov, INSERM U1153, Centre d’Epidémiologie Clinique, Hôtel-Dieu,
1 place du parvis Notre Dame, 75004 Paris
Site internet : Equipe METHODS

Fenetre vidéo Fermer