]> Arrêts cardiaques à Paris : zones à risque?

La faculté

Faculté de médecine Paris Descartes > Arrêts cardiaques à Paris : zones à risque? >

Arrêts cardiaques à Paris : zones à risque?

Le déploiement de défibrillateurs dans les lieux publics a été démontré comme améliorant la survie des arrêts cardiaques. Cependant le rapport coût/efficacité de ces programmes peut être largement optimisé.

carte des arrêts cardiaques à Paris © EPICTURA – Pix5

Pour cela, il s’agit d’abord de mieux connaitre la distribution et les facteurs associés à la survenue des arrêts cardiaques. Depuis 2007 (date à laquelle l’usage du défibrillateur a été rendu possible pour tous), de plus en plus de défibrillateurs sont mis à disposition, un peu partout dans la capitale. Leur emplacement reste cependant largement empirique.

L’équipe

Pour tenter d’améliorer leur distribution dans la ville de Paris, une étude a été réalisée. Elle est le fruit d’une collaboration entre :

  • le Centre d’Expertise Mort Subite : Université Paris Descartes, Inserm, Hôpital Européen Georges Pompidou et Hôpital Cochin, dirigé par le Pr Xavier JOUVEN
  • la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris
  • l’Atelier Parisien de l’Urbanisme

Il s’agissait dans un premier temps de géolocaliser tous les arrêts cardiaques survenus entre 2000 et 2010. Les chercheurs ont ensuite étudié les facteurs influençant la distribution de ces accidents.

Eloi MARIJON, cardiologue à l’HEGP et chercheur à Paris Descartes, vient de publier avec son équipe, les résultats de cette étude dans la revue Circulation le 5 mai 2015.

L’étude

Il s’agit d’une étude observationnelle collectant tous les arrêts cardiaques survenus à Paris intramuros entre 2000 et 2010. Au total, 1255 arrêts cardiaques, ont été recensés sur la voie publique, c’est à dire en dehors de l’hôpital et du domicile.
 Les chercheurs les ont situés individuellement sur une carte de la capitale découpée en 2 020 cases (de 200m sur 200m) renseignant chacune sur leur densité de population, le flux de population et les équipements urbains présents (gare, école, centre commercial, musée…).

Schéma de l'étudeGéolocalisation des 1255 arrêts cardiaques à Paris intra-muros (2000-2010)
© Eloi MARIJON

L’analyse de ces données montre qu’il n’y a pas d’association entre la fréquence d’arrêts cardiaque et la densité d’habitation dans une zone donnée. En revanche, il existe une forte association avec la fréquentation d’un lieu, à savoir le nombre de personnes qui y passent au cours d’une journée. 5 lieux ressortent particulièrement : les 5 principales gares parisiennes. Ceci paraît, à première vue, bien peu étonnant (bien que jamais démontré et quantifié jusqu’alors…). Plus surprenant ; en considérant des lieux avec des profils de fréquentations similaires, le nombre d’arrêts cardiaques était beaucoup plus important dans les gares, comparé aux lieux touristiques (tels que musée, Montmartre, Notre Dame etc…). Les facteurs expliquant ce sur-risque d’arrêts cardiaques dans les gares, restent hypothétiques, mais le stress physique et/ou psychologique est une piste particulièrement intéressante.

photo de Eloi MARIJON
« Les gares parisiennes représentent des zones à risque d’arrêt cardiaque. Il faudrait donc renforcer la présence des défibrillateurs dans ces lieux plutôt que de chercher à couvrir tous les quartiers de la capitale. Et bien sûr, il faut continuer à sensibiliser le grand public aux gestes qui sauvent, incluant l’utilisation de ces appareils encore trop rarement utilisés en cas d’arrêt cardiaque »

Eloi MARIJON
Université Paris Descartes


 

Cette évaluation illustre en quelle mesure la répartition des arrêts cardiaques est hétérogène sur Paris – soulignant la nécessité d’être tout aussi hétérogène dans la stratégie d’installation des défibrillateurs grand public. Bien que le niveau de fréquentation reste un facteur déterminant majeur de la survenue d’arrêts cardiaques, certaines zones come les gares sont associées à un risque particulièrement élevé.
 

Source

Article
  • Titre : Population movement and sudden cardiac arrest location
  • Revue : Circulation 5 mai 2015
  • Auteurs : Marijon E, Bougouin W, Tafflet M, Karam N, Jost D, Lamhaut L, Beganton F, Pelloux P, Degrange H, Béal G, Tourtier JP, Hagège AA, Le Heuzey JY, Desnos M, Dumas F, Spaulding C, Celermajer DS, Cariou A, Jouven X
Contacts

E-mail : @ Eloi MARIJON
Tél: 01 56 09 36 92 ou 06 62 83 38 48
Adresse : Hôpital Européen Georges Pompidou, Département de Cardiologie, Unité de Rythmologie, 20-40 Rue Leblanc, 75908 PARIS CEDEX 15
Site internet : Site officiel du PARCC , Paris Centre de Recherche Cardiovasculairede l’Inserm

Fenetre vidéo Fermer